LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Pain Of Salvation : Be - The Orchestra Of Eternity (2005 - dvd - parue dans le Koid9 n°54)

Les suédois de Pain Of Salvation ont plus d’un tour dans leur manche. Après le concept album "Be" en studio, voici le même en live et en DVD. Le concept de cet album aura laissé pas mal de monde sur le bas côté tellement il est complexe. Le concept est basé sur la vie, les mystères de l'existence, les mythes et religions. C'est ainsi qu'une certaine inquiétude plane quant à la surpopulation de notre monde et la courbe exponentielle que prend son évolution. Le leader Daniel Gildenlöw (chant, guitares) y dénonce aussi l'utilisation fallacieuse que font les hommes d'un supposé Dieu. En son nom, ils font les pires exactions. Les titres des morceaux sont tous en latin, ce qui n’aide pas à la compréhension de l’œuvre. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le disque, disons que c’est bien moins métal que "Perfect element, part one" par exemple. Ici, le mélange de genre est de mise. On passera de rock progressif au métal en passant par le blues, le folk et autres joyeusetés. Le groupe fait appel à des instruments peu conventionnels dans le genre. C'est ainsi qu'on y trouve du violon, du violoncelle, de la flûte mais aussi du hautbois, de la clarinette et du tuba. Le mélange s'avère d'une richesse incroyable. C’est un album complexe, qui demande de très nombreuses écoutes pour être apprécié à sa juste valeur. Le DVD, maintenant. Agrémenté de superbes menus sonores et animés, bien dans le ton du disque, l’on retrouve, outre le concert proprement dit, de nombreux bonus. Cela va des messages enregistrés par les fans sur le répondeur du groupe, aux photos sur fond musical, en passant par des choses bizarres (liens qui semblent ne pas réagir, pages ésotériques qui semblent être la clef d’énigmes, pléthore de menus "cachés", etc.). Ainsi, deux commentaires audio sont disponibles : le premier, est le commentaire de Daniel Gildenlöw et Fredrik Hermansson (piano et harpsichord), malheureusement non sous-titré, mais assez facilement compréhensible grâce à l’accent parfait. Un commentaire magique qui révèle bien des secrets du DVD. Le second commentaire est hallucinant. Il s’agit de l’audition du concert entièrement à l’envers ! Ce commentaire est appelé "religious fanatic track" en réaction contre les bigots qui écoutaient les disques de rock à l’envers pour y débusquer des messages diaboliques : Daniel nous donne d'ailleurs quelques pistes pour en débusquer nous même !

Je vous conseille de regarder le DVD sur un PC ce qui vous permettra de facilement débusquer les nombreux bonus cachés (un menu complet), qui sont intéressants à plus d’un titre (on a droit au menu "classé X" et au menu "FBI" bien flippant entre autres). Bon, alors, ce concert ? EXCEPTIONNEL ! Le groupe y apparaît soudé, dans un décor superbe et sous des éclairages magiques. La scène est découpée avec en son centre une sorte de bassin en forme de flèche. Chaque musicien est à sa place, un octet de cordes est présent (le même qu’en studio). C’est filmé de manière admirable avec plusieurs caméras. La performance des musiciens est sublime, mention spéciale, outre à Daniel Gildenlöw, génial en tout point (il faut le voir chanter complètement trempé après un bain dans le bassin !), à Johan Hallgren (guitares et vocaux), véritable Jésus diabolique avec ses dreadlocks et sa barbichette et à Kristoffer Gildenlöw (basse et vocaux), complètement dément sur sa monstrueuse basse 6 cordes. Johan Langell (batterie et vocaux) est assez gratiné lui aussi avec ses tatouages sur tout le corps. Seul le claviériste inquiétant est assez effacé. Au final, un concert absolument fabuleux, qui vous restera gravé dans la mémoire, bien après sa vision. Chef d’œuvre au noir.

Renaud "eb" Oualid


Chronique mise en ligne le 12/03/2010 et consultée 377 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982