LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Deep Purple : Bananas (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°47)

Ce troisième album de l'ère Morse (Steve bien sûr. Avec tous ces Morse sur la banquise progressive, on commence à s'y perdre un peu) était des plus attendus par les fans (dont je fais partie) du groupe. Après l'éclectique "Purpendicular" (1996) et le plus compact "Abandon" (1998), qu'allait bien nous réserver le Deep ? Le titre ridicule et la pochette de mauvais goût n'inspiraient rien de bon, d'autant que le fondateur du groupe, Jon Lord, avait pris sa retraite l'an passé... Deep Purple cuvée 2003 se réduit en définitive à un seul membre d'origine, le batteur Ian Paice, augmenté du vieux couple Ian Gillan (chant, harmonica) / Roger Glover (basse) et de la paire soliste Steve Morse (guitare) / Don Airey (claviers).

Rien à voir donc avec le combo psychédélique de "Book of taliesyn" (1968) ou celui plus bluesy-soul de "Burn" (1974), n'est-ce pas ? Même avec les "classiques" hard-rock que sont "In rock" (1970) et "Machine head" (1972), "Bananas" n'a

pas grand chose en commun. Exit les solos incandescents et "classisants" de monseigneur Blackmore, bonjour le style détendu et sudiste de monsieur Morse ! "Bananas" n'est pas vraiment un album de hard-rock, mais plutôt un disque de classic-rock décontracté où le vieux Deep fait montre de toute l'étendue de son art. On aurait pu penser que l'absence de Jon Lord ferait cruellement défaut au son du groupe, mais il n'en est rien! Don Airey est un sacré virtuose des claviers qui a su recréer les sonorités typiques d'orgue hammond de papy Lord. Pour la première fois de sa carrière, Purple dispose d'une production à la hauteur de son talent : un véritable producteur du nom de Michael Bradford a été embauché pour relifter le son du groupe. Ce gars, fan de longue date du pourpre profond, co-signe 2 titres de "Bananas" avec Ian Gillan : le rock entraînant (et peu imaginatif) d'ouverture "house of pain", ainsi que le sublime blues atmosphérique de 7mn "walk on". Les autres morceaux sont des compositions collectives (sauf le court instrumental de Morse "contact lost") issues de jams. Car il faut que je vous narre le processus d'écriture chez Purple. Les musiciens rentrent chacun en studio avec des idées, mais sans aucun morceau définitif. Ils jouent les uns avec les autres, développent leurs idées pendant que Roger Glover fait tourner l'enregistrement. La nuit Roger revient en studio, il écoute les jams puis il "fabrique" les chansons qui seront retravaillées le lendemain, etc... La plupart des titres sont de franches réussites, percutants mais jamais métalliques, rock mais rarement simplistes, ils développent des parties instrumentales alambiquées (progressives quoi !) typiques de Steve Morse. Ainsi "pictures of innocence", "I got your number" (deux titres co-signés par Jon Lord) ou "bananas" offrent des cascades guitare/claviers à couper le souffle. "Sun goes down" et "silver tongue" sont des compositions aux mélodies étranges lourdes et captivantes, quand "never a word" valorise une sorte de folk médiéval à la Gentle Giant. Deep Purple mise sur son single, la ballade "haunted" qui déjà suscite la polémique dans les rangs des afficionados du groupe. "Quoi, des cordes sirupeuses, des choeurs féminins, des ambiances country, mais Deep Purple est-il tombé sur la tête ?" Peut-être bien, mais qui ne tente rien n'a rien... C'est en tout cas une jolie chanson... Je ferais l'impasse sur les insignifiants "razzle dazzle" et "doing it tonight", mais que voulez-vous, dans un bon album il faut toujours une ou deux petites merdes pour valoriser le reste. "Bananas" est, à l'instar de "Purpendicular", un très bon disque à défaut d'être un "classique".

Cousin Hub

Chronique mise en ligne le 22/06/2010 et consultée 294 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982