LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Victor Lafuente : Six Strings For One Heart (2008 - cd - parue dans le Koid9 n°66)

L’artiste dont je vous cause aujourd’hui, chers lecteurs, a commencé la musique très tôt. Dès 12  /  13 ans, il intègre la classe de guitare classique de Marc Feneck à Arles pendant trois ans, puis c’est la formation professionnelle de l'I.M.F.P. (Philippe Petrucciani, Didier Leboucher)  : école de jazz à Salon de Provence pendant un an, ce qui lui permet de passer l'audition d'entrée au C.M.C.N. (devenu le M.A.I. de Nancy) où il prend des cours avec Hassan Hajdi, Manu Livertout, José Barrachina, et assiste à des master-classes avec Shawn Lane, Sylvain Luc… Il obtient alors son diplôme avec une mention spéciale et les félicitations du jury  : jury présidé entre autres par Jean Bisello, Laurent Brondel et Pascal Mulot (ancien bassiste de Patrick Rondat), dont il intègre justement le groupe Animal aux côtés de Lol Nico (actuellement Royal Bubble Orchestra) et Doudou Weiss (Johnny Halliday) et avec lequel il écume les scènes parisiennes et françaises pendant près de deux ans (premières parties des Who et des Scorpions notamment). Il est d’ailleurs déjà sponsorisé par les guitares Vigier. Il enregistre aussi une vidéo pédagogique (plans & techniques speed, trash, métal) aux éditions Connection. Après le split d'Animal, il s'installe dans le sud où il intervient dans différentes écoles de musique  : Chorus (musiques actuelles), La Lyre (classique), Ecole Municipale d'Arles (direction d'ensemble), Ecole Municipale du Grau du Roi. Il roule désormais en solo et sort son tout premier album, 12 titres très variés, une très belle carte de visite pour celui qui n’est décidément plus du tout débutant. S’il tient guitare, basse, claviers sur l’album, il est toutefois épaulé par de talentueux musiciens  : Adrien Pichon (batterie, percussions), Gérard Pichon (piano, synthétiseur), Romain Lepinay (piano sur 1 titre), Laurence Bietiger (voix sur 1 morceau) et Jérôme Moreau (percussions). La grande réussite de cet album est de ne pas aligner les clichés guitaristiques, grave erreur que font bon nombre de six-cordistes, tout contents d’étaler leur science de l’instrument. Ici, l’on sent bien le monstre de guitare, mais ce n’est pas parce qu’il en met plein la vue avec 2000 notes à la minute mais bien parce que tout se tient admirablement. Les mélodies sont tout bonnement excellentes, les morceaux variés (l’on passe d’un morceau cool à une tuerie sans crier gare) et les musiciens tous parfaits. Il est évident que l’artiste a peaufiné son art longuement. Ainsi, blues, jazz-rock, fusion, world et même classique s’entrechoquent dans ces 55 minutes de bonheur musical. Bien sûr, ses influences sont celles de ses maîtres en la matière, j’ai nommé les Satriani, Rondat, mais également Frank Zappa, Shawn Lane, Al Di Meola ou Eric Johnson. A chacun d’aller chercher ici ou là telle ou telle influence, tel ou tel riff rappelant tel ou tel musicien. L’important est que la musique ne sonne pas comme une resucée de x ou y et qu’elle soit totalement en accord avec l’esprit qui s’en dégage. Victor Lafuente aime la guitare, et cela s’entend  ! Mais il n’est pas non plus manchot devant des touches blanches et noires et nous le démontre dans quelques morceaux de l’album. Enfin, il semble être aussi à l’aise devant une guitare classique que devant une guitare électrique, comme le prouvent quelques morceaux comme "seize saisons" ou "bailadora", où surgissent ses racines espagnoles. En bref, encore un sacré disque de guitariste et qui plus est, français  ! Cocorico  !

Renaud Oualid

Chronique mise en ligne le 07/12/2012 et consultée 388 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982