LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Rpwl : The Rpwl Live Experience (2009 - dvd - parue dans le Koid9 n°71)

La chronique du DVD de Pendragon dans le dernier Koid’9 posait la question essentielle de savoir quel serait le prochain groupe à se faire tirer le portrait dans le fameux Wyspianski Theater de Katowice (Pologne). Et bien, après SBB, Caamora, Believe, Galahad ou en encore Pallas (dans le désordre) maintenant on sait  : c’est RPWL, le 17 février dernier. En quelques années, ce lieu est devenu le passage obligé de toute la scène prog qui cherche à capter ses concerts dans de très bonnes conditions  : il est cosy, le public est acquis et les moyens sont à la hauteur (son et image irréprochables).

De fait, ce DVD nous offre des plans de qualité (notamment la vertigineuse cam dynamique plongeant du haut du dôme du théâtre) emballés avec des lights de même niveau… A noter que le montage nous montre bien tous les musiciens, et pas seulement le chanteur et le guitariste, ce qui nous permet au passage de constater que Yogi Lang a vraiment des airs de Séverus Rogue (personnage de Harry Potter pour ceux qui arriveraient de Mars), que Kelle Walner a des petits dauphins en lieux et place de ses repères de manche de guitare et, moins anecdotique, de découvrir la tête du nouveau batteur, Mark Tauriaux ainsi que de retrouver celle du bassiste historique, Chris Postl (le "P" de RPWL)

Pour le contenu, inutile d’y aller par quatre chemins, ce groupe me fait et me fera toujours hérisser les poils, je n’y peux rien c’est comme ça. Après un démarrage qui vous emporte en douceur, c’est fort et tellement bon ("hole in the sky", "breathe in, breathe out" et "three lights"), le quintet enchaîne rapidement sur une partie plus rythmée de son répertoire. Les musiciens semblent vraiment s’amuser sur scène, ils s’éclatent, se sourient, et ce bonheur est communicatif. Les morceaux s’enchaînent sans aucun temps mort (jamais plus de quelques secondes), ce qui donne un concert plein et sans bla-bla.

Malgré le titre du DVD, vous n’aurez droit qu’à trois morceaux du dernier album ("The RPWL experience") contre cinq pour "World through my eyes" qui se taille la part du lion. Les influences floydiennes sont toujours présentes -notamment dans les morceaux du début du concert- mais pas tant par les compositions elles-mêmes que par le style gilmourien de la voix de Yogi et du jeu de guitare de Kelle. En effet, le groupe a su maintenant trouver ses marques et son identité propre, à l’image de ce qu’il développe dans "sleep", un morceau beaucoup plus rugueux que d’habitude, plus sombre, rempli de passion déchirante et de souffle. L’affiliation n’est cependant pas remisée au placard, et ils vont même jusqu’à le chanter en autodérision totale, dans la mal nommée "this is not a prog song"  : "They are a German band / They’re trying to play the music of Pink Floyd / And so they make their way / Unable to come up with their own style" (en incruste, le prisme de "Dark side of the moon" !).

Et puisque le groupe n’est pas à une facétie près, tout en projetant sa propre revue de presse en fond de scène, il enchaîne en medley trois refrains de tubes mondiaux en modifiant les paroles afin d’asséner dans l’ordre  : "Proging All over the world" (Status Quo), "Here I am, Proging like a hurricane  " (Scorpions) avant de conclure par un politiquement incorrect "Le prog (Coq) est mort" (traditionnel)… en français s’il vous plait  !

L’ensemble représente environ 1h40 de concert, auquel s’ajoute une interview croisée (et non sous-titrée) de Yogi et Kelle, seul bonus vraiment intéressant.

En tout cas, si les polonais de Metal Mind Productions n’existaient pas, il faudrait objectivement les inventer. Qu’ils continuent longtemps à nous rapporter du pays de la vodka des réalisations de ce calibre, qui sont éminemment plus attachantes que bien des superproductions "hollywoodiennes".

Dominique Jorge

Chronique mise en ligne le 15/12/2012 et consultée 288 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982