LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Lana Lane : Gemini (2006 - cd - parue dans le Koid9 n°60)

Quand je vous disais dans ma chronique des Rocket Scientists qu’Erik Norlander était un homme très occupé  ! A peine 1 mois après la parution de l’album ("Revolution road") de son groupe qu’il avait fait hiberner pendant 7 ans, que voici Erik réapparaissant sur, non pas un mais 2 disques  : le sien et celui de sa femme Lana Lane  ! Je m’en voudrais de séparer ceux qui s’aiment à la ville comme à la scène, aussi m’en vais-je faire une chronique conjointe de leurs albums respectifs qui, de toute façon, se ressemblent par divers côtés.

Tout d’abord, les 2 albums ne sont constitués que de covers  : sur celui d’Erik ("Hommage symphonique"), comme son titre l’indique, ce ne sont que des reprises de groupes qu’il admire depuis longtemps et qui ont une emphase symphonique, à savoir Procol Harum, Rick Wakeman (tiens, tiens), Yes, E.L.P. (re-tiens, tiens), E.L.O., King Crimson, excepté Chuck Mangione qui a une approche jazz-rock. Que des titres parus entre 1972 et 1978  ! Sur celui de Lana ("Gemini"), qui aurait pu s’intitulé "Covers Collection 2" (en référence à l’album sorti en 2002), ce sont également des groupes incontournables pour elle  : Cream, Pink Floyd (pour un mini "Dark side"), Foreigner, Jefferson Airplane, C.S.N.&Y., Heart, et Moody Blues. Ces 2 albums ont été enregistrés entre juillet et août et mixés tous les 2 en septembre 2006. Donc réalisés ensemble, ce qui donne assurément une unité de tonalité indiscutable  !

Ensuite, nous retrouvons outre Erik aux claviers (et – je vous le donne Emile – au mixage, au mastering et à la production), Mark McCrite aux guitares, David Schiff à la flûte et Kelly Keeling aux vocaux (principaux pour Hommage, backing pour "Gemini") pour les 2 disques. Seule la section rythmique change d’un album à l’autre  : c’est (comme sur le Rocket Scienstists) Greg Bissonette aux baguettes et Don Schiff à la basse sur "Hommage symphonique", tandis que ce sont les fidèles de Lana, Vinnie Appice et Tony Franklin qui se partagent les peaux et le manche grave sur "Gemini". Enfin, je note que George Lynch (Dokken, Lynch Mob) vient apporter ses lumières en matière de guitares sur 5 morceaux.

Les points communs ayant été décortiqués, venons en aux divergences.

D’abord les illustrations des pochettes  ; Erik & Lana ont conservé leur propre style (magnifique paysage chez Erik, dessin de conte pour enfant chez Lana).

Ensuite, Erik a choisi des groupes qui sont pratiquement les plus représentatifs du courant prog de chez prog (il ne manque à mes oreilles que Genesis – puisqu’il aborde Pink Floyd par le biais de l’album de Lana) avec moult claviers munis tous les sons possibles et inimaginables. Ses 8 reprises sont très fidèles aux versions originales et bien que tous les intervenants soient excellents je réserve ma plus haute note à Kelly Keeling, particulièrement esbroufant car il chante à l’aise aussi bien dans les registres vocaux spécifiquement aigus d’un Jon Anderson (réputé pourtant inimitable) que dans ceux d’un John Wetton. D’autre part, les morceaux choisis ne sont pas parmi les plus connus des artistes et représentent à peu près toutes les facettes du rock progressif. L’album s’écoute d’une traite sans provoquer le moindre ennui. Enfin, c’est un régal d’entendre Erik imiter à la perfection (doigté et sons) ses 2 maîtres principaux que sont Rick Wakeman ("sir Lancelot" et "turn of the century") et Keith Emerson ("pirates"). Si j’étais l’un de ses grands artistes, je serais très fier de l’hommage qu’Erik leur rend.

Lana a choisi plutôt des chansons qui lui tiennent à cœur. Nous sommes donc plus proches de ce qu’on appelait la "pop musique" entre 1967 et 1975. Ses covers sont moins fidèles aux chansons originales que chez Erik, mais c’est pour mieux se les approprier, les intégrer à la texture Lana Lane ou tout simplement laisser son invité de marque (George Lynch) s’exprimer sur les soli historiques de Clapton ("white room" et "sunshine of your love"). A l’instar de Hommage, "Gemini" est également un album très bien construit alternant chansons rythmées et mélodiques et ayant placé la "pink moon suite" au centre pour l’aérer. Un mot tout de même sur cette suite de 15 minutes  : en premier, l’innovation a été de coincer la chanson "Johnny moon" (de Heart) dans "breathe" et la suite d’accords s’y prête étonnamment bien. En second, Erik et Lana ont laissé Tony Franklin et George Lynch totalement libres et c’est un délice d’entendre la basse fretless de l’un sur "on the run" et le toucher unique de l’autre sur "time" réinventer ces titres mythiques. Une autre superbe reprise du disque est "dream of the archer" de Heart et vu tous les sentiments que Lana fait passer dans sa voix, on comprend pourquoi Ann Wilson est sa chanteuse préférée. Histoire de pinailler un peu, je dirais que le seul point faible est la reprise de "nights in white satin" (Moody Blues) car, outre le fait que ce tube mondial ait été déjà repris des milliers de fois, cette nouvelle interprétation est justement un peu trop fidèle à l’originale et n’apporte finalement pas grand chose de plus à cet album qui était parfait jusque là.

Je sais que depuis une dizaine d’années les disques "tribute" et aux autres "hommages" ou reprises sont très "tendance". D’habitude, je suis assez cassant avec ce type d’album, car ils cachent généralement le manque d’inspiration des "artistes" qui les produisent. J’en ai marre d’entendre Higelin bêler Trénet, Le Forestier singer Brassens, la "tare Ac’  " bousiller Polnareff, etc. Dans ces 2 disques c’est quasiment tout le contraire  : Erik, Lana et leurs amis rendent humblement et sincèrement hommage à leurs artistes préférés dont la plupart sont totalement hors mode et à mille lieux des canons des musiques dites actuelles. L’Amour qu’ils portent à leurs auteurs transpire à chacune de ces reprises.

Erik & Lana, pour des albums de reprises aussi bons que ces 2 là, c’est quand vous voulez  !

Gilles Masson

Chronique mise en ligne le 24/05/2013 et consultée 173 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982