LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Atmosfear : Zenith (2009 - cd - parue dans le Koid9 n°72)

Le second CD du groupe allemand AtmOsfear (le "O" est toujours écrit en majuscule) est l'un des tout premiers sortis par le label américain ProgRock Records et j'avais, à l'époque, été étonné par la qualité de la production de ce groupe allemand, que ce soit en matière de son et de savoir-faire technique, ou au niveau de la qualité des compositions. Des caractéristiques qui reviennent souvent chez nos voisins outre-Rhin.

Mais quand on sait que le groupe existe depuis 1996 et donne des concerts le plus possible, on comprend que les 5 membres aient pu enregistrer un album aussi long et aussi bien produit en seulement un peu plus d'un mois  !

Musicalement, on est en terrain métallique, mélodique et puissant, avec des ambiances plutôt sombres et mélancoliques, ou tout simplement mystérieuses. On pourrait ainsi rapprocher le groupe de Ricochet et Poverty's No Crime, mais AtmOsfear possède sa propre personnalité, avec de la substance, un sens mélodique certain, un côté dramatique occasionnel mais pas omniprésent.

L'album ne compte que 6 morceaux de la courte intro de 1:11 à près de 24 minutes pour la grande suite finale "spiral of pain", complétée par une magnifique ballade symphonique cachée. Les quatre autres titres font plutôt de 8 à 13 minutes, ce qui fait de "Zenith" un CD assez long. En fait sur 71 minutes, les musiciens d'AtmOsfear arrivent assez bien à maintenir l'attention grâce à leur sens de la dynamique et du contraste, en mélangeant les tempos hachés et pesants avec des sections lentes et souvent planantes, empreintes d'une mélancolie particulière. Et il y a le plus souvent un thème ou un refrain très fort dans chaque morceau. Bien sûr, il s'agit d'une musique qui demande une certaine attention, sous peine de ne pas être appréciée à sa juste valeur.

Le chanteur Stephan Wulff possède une voix puissance et polymorphe. Son timbre est plutôt medium mais ce dernier sait aussi monter dans les aigus avec de la retenue, et révèle une belle résonance naturelle, augmentée par une réverb' plus ou moins généreuse. Wulff s'essaie aussi sur deux morceaux à quelques vocaux plus gutturaux et plus agressifs sans toutefois aller jusqu'au chant typé death-metal. On se serait quand même bien passés de ces quelques courts passages où il ne semble d'ailleurs pas dans son élément. Une petite section de "scum of society" (12:54) est presque rap aussi… Et enfin, Wulff devrait éviter les quelques passages où son chant devient un peu nasillard et trop dramatique, mais il reste globalement un bon chanteur.

Les guitares de Boris Stepanow sont souvent lourdes et mêmes plombées, avec un son incisif, des riffs parfois hachés, mais variés et rarement répétés à l'extrême comme c'est trop souvent le cas dans le genre. Ses solos bien construits sont assez variés et peu envahissants. La section rythmique composée de Buckhart Heberle et du nouveau batteur Tim Schnabel est importante mais pas prépondérante, elle joue plus qu'un simple rôle d'accompagnement cependant, sans tomber dans la démonstration.

Côté claviers, AtmOsfear évite le piège des sonorités archi-usitées et au contraire, Stephan Kruse multiplie les textures originales, futuristes, étranges, atmosphériques (sans mauvais jeu de mots  !) ou plus organiques (le piano, tout simple, sonne de manière vraiment acoustique, l'orgue Hammond au son épais et saturé est criant de réalisme). Comme Stepanow, Kruse offre quelques beaux solos mais la virtuosité n'est pas son intérêt premier et ce sont surtout ses arrangements riches et variés qui sont l'atout du groupe, lequel s'est d'ailleurs aussi payé le luxe de quelques arrangements orchestraux.

"Zenith" démontre une certaine évolution de la part d'AtmOsfear, et dans le bon sens avec une production plus chaleureuse et plus profonde, un sens mélodique plus aiguisé, mises à part les quelques parties vocales plus agressives. Les Teutons confirment leur talent pour développer des atmosphères envoûtantes et plus ou moins inhabituelles. Un groupe définitivement au-dessus du lot en matière de métal progressif, que les amateurs du genre doivent à tout prix découvrir.

Marc Moingeon

Chronique mise en ligne le 18/08/2014 et consultée 172 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982