LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Spheric Universe Experience : Unreal (2009 - cd - parue dans le Koid9 n°72)

Ce groupe français a commencé sa carrière avec un "Mental torments" très inspiré par Dream Theater. Je ne sais pas si c'est parce que je vénère trop ce dernier, mais ce premier album m'a laissé indifférent, comme une copie d'un géant, en papier mâché. Le disque suivant "Anima" était moins mon style. Plus heavy, plus direct, surtout plus speed, plus dans l'air du temps, bref plus proche des derniers Symphony X. Malgré tout il ne me laissait pas indifférent car il était dans son genre plus réussi. En dépit de sa longueur (67'), il était habillement soupesé, interprété, produit, avec des refrains accrocheurs pour retenir l'intérêt. Néanmoins comme je l'ai dit précédemment dans la chronique du dernier Redemption, je finis par être vite blasé par ce genre d'album, ainsi ce "Unreal" n'est pas vraiment ce que j'attends. Cette abondance de double grosse-caisse, dans un discours pas assez nuancé et varié en intensité mais misant en partie sur la force de frappe, me saoule un peu, même sur une durée limitée (50' pour 8 ou 9 morceaux). Vous allez me dire que je ne faisais pas la moue devant le dernier Adagio. C'est juste, pourtant ici il faut dire qu'il y a un côté plus recherché et travaillé dans les arrangements, mais rien à faire je n'adhère pas tout le temps. C'est peut-être à cause de cette "fausse" bonne production, efficace mais polluée notamment par des cymbales trop présentes qui rendent l'écoute finalement souvent un peu désagréable (faut dire aussi qu'ils ont changé de batteur). Mais je vais essayer d'apporter un jugement plus objectif, considérant que certains lecteurs sont potentiellement intéressés par ce CD, qu'on l'apprécie sur la toile et que j'ai décidé d'être le cobaye chargé de le tester. On commence par "white willow" (rien à voir avec le groupe charmeur venu du froid, mais alors rien). Le morceau sent le déjà vu, malgré des breaks variés en son centre. Heureusement le reste s'améliore, notamment avec les accents orientaux de "down memory lane" qui rappelle au départ Myrath mais la suite est plus convenue même si le groupe réussit son refrain. Il ne relâche pas le pied de l'accélérateur pour "lakeside park" et "3rd type", néanmoins on observe de brefs "ralentissements reggae" pour ce dernier, mais on tombe toujours avec des refrains en chorus à fond la caisse. Le très court instrumental au piano "near death experience" n'apporte pas un répit suffisant vu sa durée. Enfin ne râlons pas trop, "lost ghost" qui est enchaîné est plus lent et lourd, le meilleur morceau depuis le début. La piste suivante amène des accents techno-symphoniques bienvenus mais chassez le naturel et il revient au gallop (et là c'est le cas de le dire)  ; les variations de rythmes apportent de l'intérêt à ce morceau qui arrive en deuxième position dans mon cœur. "O.B.E."  : un instrumental au relent jazz-rock  ! Tiens, décidément, c'est vers la fin de l'album que les choses s'améliorent. On finit par le titre le plus long (8') avec quelques nuances surtout vers la fin qui se fait atmosphérique. Cet opus est un concept-album mais on ne peut pas dire que cela se ressent  : c'est essentiellement au niveau des paroles tournées vers les phénomènes paranormaux. Certes, S.U.E ne renie pas la voie tracée par son deuxième album et l'on entend beaucoup de disques français qui n'ont pas ce professionnalisme, mais le groupe n'amène pas assez de diversité (surtout au début) et des erreurs gâchent le son du disque. C'est dommage car il possède des qualités.

Lord "Q-Tips" One

(Mince! vous êtes devenus sourd)

Chronique mise en ligne le 21/11/2014 et consultée 150 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982