LE DERNIER NUMERO:
accédez au sommaire du dernier numéro
Sommaire du n° 92

Paru le 28/04/2015

LE COIN DES ANNONCES :

Toutes les chroniques (6914 référencées dont 1731 consultables et signalées par l'image cliquable) :
- par ordre alphabétique :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 Divers
- par numéros de parution disponibles : 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92

Knight Area : Realm Of Shadows (2009 - cd - parue dans le Koid9 n°72)

Knight Area est une formation hollandaise, créée à l’origine comme un projet solo de Gerben Klazinga (compositeur principal et clavier), lequel décide, après la production d’un premier album ("The sun also rises" en 2004 avec de nombreux guests) que l’idée de départ prendrait finalement la forme d’un groupe à sept, puis à cinq membres.

Musicalement, Knight Area est à la croisée d’un progressif un peu rétro (le Genesis de "Wind and wuthering") et d’un néo-prog très actuel avec des références comme Pendragon, Arena et évidemment Marillion. Ainsi, ceux qui aiment les claviers abondants et les chansons aux structures tourbillonnantes ne seront pas déçus, le quintet étant probablement appelé à devenir une référence en la matière.

"Realm of shadows" est leur troisième album. Il est le fruit d’un travail assez conceptuel centré autour d’un sujet qui traite d'un voyage métaphysique au cours duquel on voit les musiques et les thèmes évoluer et prendre petit à petit un tour résolument plus sombre.

La référence à Genesis est perceptible dès les premiers morceaux, tant au niveau de la construction que des sons utilisés. À telle enseigne qu’on croirait même entendre le piano de Tony Banks au début de "antagony". À noter aussi la très forte présence de la basse de Gijs Koopman (ex-Cliffhanger) avec un son très tranchant à la Chris Squire et mixée très en avant, comme sur "momentum" où il tricote sur toute la longueur du morceau avec un son clair et profond.

Les évolutivités sont belles et les harmonies vocales sont très travaillées. Tout est parfaitement huilé, et si le groupe n’invente rien dans le genre il sait rester toujours intéressant, agréable à écouter, véritablement mélodique et pas ennuyeux du tout. Knight Area a parfaitement digéré les règles du genre et sait les rendre à la perfection. De fait, qui cela peut-il gêner quand c’est bien fait  : il y a les groupes qui n’inventent rien et en deviennent chiants à force de donner l’impression de décliner toujours le même morceau, les mêmes recettes… et puis il y a Knight Area qui sait donner l’envie d’être suivi et qui nous mène de morceau en morceau jusqu’au bout de son album avec tel bonheur qu’on a juste envie de le réécouter  !

Personnellement, j’ai adoré les claviers riches et harmonieux, comme sur "awakening", instrumental qui semble plutôt être une ouverture "piano et nappe" avec une suite d’accords pleine de feeling et dans un esprit très Kayak. D’ailleurs, c’est à partir de ce morceau, et surtout avec "dark souls", sombre et très lyrique, que Knight Area se fait plus moderne.

Les guitares de Mark Vermeule forment de jolies arabesques à la Steve Rothery, mais savent aussi devenir incisives, c’est là que l’influence d’Arena se fera le plus sentir, même s’il faut parfois tendre l’oreille sur certaines plages pour les extraire de la masse des claviers.

"Realm of shadow" est un album qui donne beaucoup de plaisir, propose de jolies mélodies, un bel équilibre et de chouettes arrangements. Il déclenche au fil de son écoute, vous l’avez compris, un flot d’émotions souvent intenses, cette œuvre s’imposant par une sorte de nostalgie positive peu commune.

Seul truc bizarre, l’impression laissée par la pochette très sombre dans sa thématique et les couleurs utilisées, et dont l’univers ne correspond pas bien à la luminosité de l’ensemble, à son côté aérien et à la dentelle musicale dont le lyrisme va souvent vous faire décoller.

Dominique Jorge

Chronique mise en ligne le 22/11/2014 et consultée 826 fois

NB : les propos tenus dans les chroniques n'engagent strictement que leurs auteurs, fautes d'orthographe comprises le cas-échéant, le responsable du site n'ayant pas le temps de tout relire et n'étant pas exempt d'en faire lui-même !

La Cave à 20




Les 20 Dernières
Chroniques Ajoutées :

accès direct à la chronique de Beatles (the) - abbey road accès direct à la chronique de future kings of england (the) - the viewing point 


accès direct à la chronique de Quidam - Surrevival accès direct à la chronique de narrow pass - in this world and beyond 


accès direct à la chronique de Mason,Nick - Pink Floyd - l'histoire selon Nick Mason accès direct à la chronique de marillion - live from cadogan hall 


accès direct à la chronique de carducci,franck - oddity accès direct à la chronique de jolly - forty-six minutes twelve seconds of music 


accès direct à la chronique de osada vida - uninvited dreams accès direct à la chronique de knight area - realm of shadows 


accès direct à la chronique de Abel Ganz - The dangers of strangers (20th anniversary edition) accès direct à la chronique de Perret and the Electric Epic,guillaume - guillaume perret and the electric epic 


accès direct à la chronique de Pineapple Thief (the) - 10 stories down accès direct à la chronique de Greenwall - From the treasure box 


accès direct à la chronique de fruupp - the prince of heaven's eyes accès direct à la chronique de gargamel - descending 


accès direct à la chronique de Kamelot - One cold winter's night accès direct à la chronique de viima - kahden kuun sikpit 


accès direct à la chronique de Rypdal,terje - odyssey in studio and in concert accès direct à la chronique de Gillan - Live Wembley 17th december 1982